LES LIGNES DE NAZCA : SURPRENANT MAIS ETRANGE

Avant d’atteindre la côté péruvienne, nous empruntons une route très sinueuse qui à certains moments, nous fait tourner la tête (plus de 400 kilomètres de virages et de descente). Le paysage désertique apparait avec ces décors arides et sablonneux.

Nous faisons un arrêt à la ville de Nazca afin d’y découvrir les fameuses lignes. Elles ont été tracées entre l’an 300 et 900 de notre ère et ont été dessinées et gravées à même le désert de Nazca. Il est possible de les survoler en avion mais nous choisissons la solution « mirador », moins coûteuse ! Tout d’abord, il y a de mystérieuses traces rectilignes qui se chevauchent, dont certaines font 10 kilomètres de long. D’après certains ethnologues, elles seraient l’œuvre d’extra-terrestres et pour d’autres, elles permettraient de repérer l’alignement du soleil, de la lune et de certaines étoiles. Du mirador métallique, nous observons deux figures : deux mains et un arbre. Après cette intrigante « visite », nous sommes heureux de faire route vers le niveau 0…

ICA ET SA REGION : APRES LES HAUTS PLATEAUX ANDINS, LE DESERT…

Quel plaisir de respirer l’air marin après tous ces mois passés en altitude. Nous arrivons à Huacachina (à 5 kilomètres d’Ica), un véritable oasis au milieu du désert. Il ne manque plus que les chameaux et nous sommes au Sahara ! L’ambiance de ce village touristique est chaleureuse et sa petite taille donne un sentiment de plénitude. La principale attraction est de faire une ballade en buggy et du surf sur le sable. Nous nous offrons cette sortie de 2 heures. Le chauffeur roule à toute allure dans les dunes en les prenant de face ou de côté, sensations fortes garanties ! Nous nous initions aussi au surf sur le sable, sympa ! Pour terminer, nous observons le coucher de soleil assis sur une dune.

Nous profitons d’être à Ica pour visiter une fabrique artisanale de Pisco. La fabrication de cet alcool local étant la spécialité de cette ville et non celle de la ville de Pisco, allez comprendre… La fabrique est petite et assez en désordre (le linge sèche dans les vignes) mais nous achèterons de la crème de Pisco, digestif sucré.

Nous découvrons aussi les magnifiques paysages de la Réserve Nationale de Paracas de 335 000 hectares et qui protège une faune marine et terrestre. Nous roulons entre les dunes colorées, les falaises jaunes et la mer. On se sent petit au milieu de ce désert ! Nous restons dormir sur place à côté du petit port de Lagunillas et avec une superbe vue sur la plage rouge. Nous nous régalons en dînant un délicieux poisson que nous a pêché Stéphane : aussitôt pêché, aussitôt dans l’assiette !

Et enfin, nous terminons de visiter cette région en découvrant le site de Tambo Colorado. Il s’agissait d’un centre administratif Inca qui faisait la liaison entre les communautés des montagnes et celles des côtes. A l’époque, les murs étaient peints en rouge et orange. Malheureusement, le site a été fermé au public trop tard et du coup, il a été dégradé au fil des années. Les murs ont perdu toutes couleurs mais le site est encore bien conservé. Maintenant, nous faisons route vers la capitale en empruntant une route très désertique où l’on voit des champs de cactus et des maisons assez étranges.

LIMA : UN BREF ARRET

Nous arrivons dans la capitale péruvienne sous un ciel gris… Ville de plus de 7 millions d’habitants et la plus polluée d’Amérique du Sud, nous ne verrons pas beaucoup le soleil. Pour des raisons de sécurité, nous restons quelques jours à l’hôtel Hitchhikers situé dans le quartier chic de Miraflores et repère de voyageurs. Nous avons l’opportunité de rencontrer des voyageurs allemands, français et américains. La visite de la ville se fera en une demi-journée : Plaza de Armas avec ces bâtiments coloniaux et les rues piétonnes bordées par de nombreuses boutiques et restaurants. Les intérêts touristiques étant assez limités, nous décidons de ne pas nous attarder à Lima. Avant de quitter la capitale, nous craquons pour un succulent dîner japonais accompagné d'un Pisco Sour bien frais…

Z   o   o   o   o   o   M