CANYON DE COLCA : LE PLUS PROFOND DU…PEROU

La région d’Arequipa est surtout connue pour le Canyon de Colca. Au Pérou, on dit que c’est le plus profond du monde, mais c’est bien le Grand Canyon du Colorado qui détient cette palme ! Pour y arriver, nous surplombons des milliers d’hectares de terrasses cultivées, sculptées dans des pentes très escarpées. Ce travail incroyable a été réalisé par des indiens qui vécurent 1000 ans avant les incas. L’attraction du site est bien sûr de se lever de bonne heure pour observer les impressionnants condors qui remontent du fond du canyon grâce aux courants d’air chaud de la matinée.

En repartant, nous suivons sur plusieurs kilomètres un taxi combi qui transporte plusieurs alpaca bien attachés sur la galerie. Nous nous sommes maintenant habitués à croiser de drôles de convois mais celui-là nous fait bien rire.

CUZCO : LA CAPITALE INCA

Cuzco signifie « nombril » en langue quechua, et c’est pourquoi la ville a été baptisée ainsi lorsqu’elle était la capitale de l’Empire Inca. A 3400 mètres d’altitude, c’est le point de départ pour la vallée sacrée, mondialement connue pour abriter le fameux site du Machu Picchu. La ville est très soignée et très touristique. De nombreux bâtiments du centre sont construits sur d’anciens murs incas. Ces murs sont reconnaissables par l’empilement de gros blocs de pierre taillés géométriquement, qui s’emboitent parfaitement les uns dans les autres sans aucun autre matériau.

Nous profitons du marché pour remplir à nouveau notre frigidaire de fruits et de légumes délicieux et pleins de vitamines, et que malheureusement nous ne trouvons pas en France.

En quittant la ville, nous nous arrêtons au bord de la route, où des locaux font bouillir et sécher des peaux de lamas et d’alpacas destinées à la clientèle américaine et européenne.

VALLEE SACREE

A Cuzco, nous choisissons un billet touristique qui nous permet de visiter 4 sites archéologiques de la vallée sacrée. Un autre billet, plus onéreux, nous permet de découvrir 16 sites ainsi que certains musées de la ville mais nous n’optons pas pour cette option ; vous l’aurez compris, nous sommes courageux, mais pas téméraires !

La vallée sacrée, c’est un des lieux d’importance choisi par les Incas pour développer leur culture, au sens religieux mais aussi et surtout agricole. Ils ont su profiter des extraordinaires terres fertiles de la région en développant les cultures en terrasses, idéales sur les flancs des montagnes, tout en profitant des abondantes eaux descendant des sommets enneigés.

Nous passons donc par Chinchero, qui malgré son site archéologique, est surtout connu pour son traditionnel marché indien le dimanche. Nous poursuivons par l’impressionnant complexe d’exploitation saline de Maras, dans lequel travaillent des dizaines d’indiens locaux, avec leur pelle et leur pioche. Quelques kilomètres plus loin, nous descendons au cœur du site de Moray ; les terrasses, qui mesurent 1,80 m de haut environ, représenteraient chacune un microclimat, base d’expérimentation de incas pour adapter leurs différentes plantations à l’altitude. Nous nous arrêtons au bord de la route pour voir comment certaines plantes locales sont bouillies pour obtenir les différentes teintes des tissages produits dans la région. Un peu plus loin, les habitants du village repeignent les murs du cimetière communal à l’aide de peau de mouton. Au cœur de la vallée, Ollantaytambo abrite un des sites archéologiques les plus importants de l’époque inca. Ce village a été construit dans un lieu stratégique permettant de contrôler le reste de la vallée. Il reste aujourd’hui un village indien très connu, puisque c’est le passage quasiment obligatoire pour les visiteurs du fameux Machu Picchu. Nous écartons la solution du train, très chère, et partons sur une longue piste à travers la végétation dense de la jungle. La piste est parfois très étroite, nous passons sur un pont dont la limite de poids autorisée et celle du Toy, et nous voyons défiler des centaines de bananiers. L’un d’eux est sacrifié pour nos besoins vitaux, et c’est ainsi qu’un régime d’une cinquantaine de bananes finira de mûrir sur le toit du Toy. Lorsque que nous ne pouvons pas allez plus loin en roulant, nous marchons 2 heures le long de la voie ferrée pour rejoindre le village d’Aguas Calientes. Ici, nous tournons une fameuse expression à notre façon : « Avant l’effort, le réconfort ». Nous nous offrons notre premier restaurant français en Amérique du Sud, pouir fêter nos 1 an sur le continent. Une soirée inoubliable passée chez Patrick, qui s’est installé ici il y a plus de 20 ans, après avoir fait le tour du monde à la voile en famille. Du pain, du beurre, un service irréprochable et des préparations succulentes, c’est le pied ! Après une courte nuit et une montée éprouvante par des escaliers démesurés, nous entrons sur le mytique site du Machu Picchu, au même moment que le soleil, qui illumine en quelques minutes ce fabuleux décor. Après s’être infligés 1h30 de marche supplémentaire, nous jouissons d’une vue imprenable sur le site, se demandant comment les incas avaient pu construire un tel complexe à cet endroit !

Z   o   o   o   o   o   M