Les plaines du Chaco (Septembre 2012)

PANTANAL BOLIVIEN : UNE BELLE DECEPTION

De retour en Bolivie après notre court séjour au Brésil, nous nous lançons sur une piste qui traverse le Pantanal bolivien, au sud de Puerto Suarez. La piste est sèche, trop sèche. Les paysages sont brûlés et il n’y a plus d’eau : grosse déception. Heureusement, quelques oiseaux multicolores boivent dans une marre, le temps d’une photo, et les arbres donnent envie de tout cueillir ; coco, papaye, goyave etc. Après 50 km de piste, nous arrivons aux portes du parc Otuquis, qui devrait nous réserver de belles surprises…Et pour parler de surprise, nous sommes servis : les gardes du parc nous informe que l’entrée est uniquement autorisée aux détenteurs d’une autorisation que l’on peut obtenir (sous réserve), à Puerto Suarez, d’où nous venons, et où nous avons pourtant cherché de l’information sur le parc avant de partir. Ils nous apprennent également que le parc a été détruit en grande partie par un incendie venu du Brésil. Depuis que nous sommes en Bolivie, nous nous trouvons souvent face à des Offices de Tourisme fermés en pleine semaine, des employés municipaux en charge du tourisme qui ne connaissent pas leur ville ou qui ne font pas beaucoup d’effort pour nous renseigner ! Un léger ras-le bol nous envahi à ce moment précis. Contraints à faire demi-tour alors que la nuit arrive, nous nous réconfortons en voyant des dizaines de toucans dans les arbres, si difficiles à prendre en photos tant ils sont méfiants !

DE PUERTO SUAREZ A SAN JOSE DE CHIQUITOS : DES TRESORS BIEN CONSERVES

Nous reprenons cette grande ligne droite de presque 400 km vers San José de Chiquitos, sur laquelle nous avons prévu quelques arrêts. Le premier se fait à Aguas Calientes. Imaginez une source naturelle d’eau chaude qui sort à 35° et qui coule sur 2 km dans une rivière où l’on peut se baigner. Nous passons une demi-journée dans ce lieu paradisiaque où les centaines de petits poissons nous titillent la peau !

Nous faisons un second stop à Santiago de Chiquitos, où nous rentrons dans le Parc Tucavaca, où nous resterons bivouaquer. Mais avant cela nous grimpons vers 2 miradors desquels nous avons une vue plongeante sur la forêt dense à perte de vue. Face au coucher du soleil et depuis notre promontoire, un couple de perroquets rouge et bleu nous passent devant : ce sont les premiers que nous voyons !

Troisième et dernier arrêt à Chochis, célèbre pour son sanctuaire, aux sculptures de bois incroyables. Toutes les colonnes ont un motif différent, certaines sont sculptées d’animaux de la région. L’église regorge également de sculptures plus travaillées les unes que les autres. Derrière le sanctuaire se dresse un gigantesque rocher rougeâtre qui pourrait nous faire croire que nous sommes aux Etats-Unis.

Z   o   o   o   o   o   o   o   o   o   o   o   M