L'altiplano : Sud Lipez, la nature colorée (Juillet et Octobre 2012)

D’UNE NUIT GLACIALE AU BAIN BRÛLANT

Après un séjour très agréable à San Pedro de Atacama, nous reprenons la route en direction d’un nouveau pays : la Bolivie. Passons de 2500 m à 5000 m d’altitude en seulement 40 km, c’est dire que la montée est raide ! A la frontière, les formalités sont rapides : les efforts doivent être limités à cette altitude. Chapeau aux douaniers qui passent leurs journées ici. Pour trouver sa direction, il faut parfois ramasser les panneaux au sol…Après avoir réglé l’entrée du parc (le prix à quintuplé en seulement 4 ans), nous passons la nuit à 4300 m, en mode grand froid, c'est-à-dire avec double duvet, double chaussettes, isolation sur toutes les vitres etc…cette nuit il fera seulement – 20° C ! Le lendemain matin, réveil bien après le soleil et démarrage du 4x4 en fin de matinée, en attendant que le gazole dégèle, malgré le puissant antigel versé dans le réservoir la veille… Nous comprenons maintenant pourquoi tous les véhicules boliviens qui circulent dans le coin fonctionnent à l’essence !

Nous passerons la journée à admirer la première lagune de cette traversée, qui devient verte à mesure que sa surface dégèle. Nous traversons ensuite le désert de Dali, aux gigantesques rochers plantés dans le sable comme s’ils étaient tombés du ciel. Le bivouac du jour se fait juste à côté des thermes de Polques dans lesquels nous nous réchaufferons le lendemain matin : -10° dehors, +35° dedans !

Laguna Verde
Laguna Verde

LA LAGUNA COLORADA : LE NID ARC-EN-CIEL DES FLAMANDS ROSES

Notre ticket d’entrée dans le parc nous autorise à un séjour maximum de 4 jours, alors nous en profitons ; de toute façon l’état des pistes ne nous permet pas d’avancer trop vite. Sur la route, il faut faire un détour de quelques kilomètres jusqu’à la douane la plus haute du monde : 5020 m. Quelle idée d’aller se percher là pour délivrer des autorisations d’importation pour les véhicules étrangers ! Le douanier a du mal à taper sur les touches du clavier avec ses gants ! Notre prochaine étape s’appelle Laguna Colorada, un cadeau de la nature avec lequel nous jouons à donner des noms à toutes les couleurs que nous admirons. De cette fin d’après-midi à la mi-journée du lendemain, nous voyons cette immense étendue d’eau, seulement profonde de 45 cm, changer de couleurs, visibles grâce à l’action des algues microscopiques qui la composent. Les flamands roses, qui peuvent se compter autour de 15000 individus en été, se reflètent dans ce grand miroir.

DE LA LAGUNA COLORADA A UYUNI : UN PARCOURS VARIE

C’est avec un peu de mal que nous quittons ce décor de carte postale inoubliable. Sur la route, nous passons tour à tour au bord de geysers, d’un site d’exploitation du sel, d’une magnifique église construite en pierres volcaniques, de bofedales, pâturages d’altitude où se regroupent les lamas etc…

Z   o   o   o   o   o   o   o   o   o   o   o   M