LA QUEBRADA DE HUMAHUACA - Tilcara et Humahuaca

La Quebrada nous réserve d’autres surprises. Tout d’abord Tilcara où nous visitons la Pucara (forteresse), et les ruines qui l’entourent, vestiges d’une époque pas si lointaine, où vivaient ici 1500 âmes au cœur des montagnes.

Ensuite c’est à Humahuaca que nous nous sentirons le moins en Argentine, là où les faciès ne sont pas ceux des espagnols, où les jeunes enfants se portent dans le dos des mamans, entourés dans un tissu coloré. On dit souvent que « Les amis de nos amis sont nos amis », et c’est en ce sens que nous rendons visite à Daniel (dont l’adresse nous a été donnée par un ami de Buenos Aires), artiste en céramique et guide de la région, qui nous donne de bons tuyaux pour visiter les alentours.

C’est ainsi qu’après 40 minutes d’un bus bondé, nous descendons seuls à 3500 m d’altitude, à un arrêt non officiel et inconnu de notre chauffeur. Nous partons pour 1h30 de marche au milieu d’un torrent desséché pour rejoindre Inca Cueva, un site méconnu du grand public (sûrement à cause de son accès), qui abritent des peintures indiennes dans un merveilleux cadre rougeâtre. Sur le chemin, nous passons par une maison des plus rudimentaires, celle d’un berger. Pour supporter l’ivresse des montagnes, nous mastiquons des feuilles de coca. C’est la première fois pour Juju, réticente dans un premier temps, mais qui petit à petit apprécie les bienfaits de cette « médecine » locale.

Dans la liste des attractions touristiques locales, il nous reste le Cerro Hornocal, que nous rejoignons en taxi, unique moyen de locomotion motorisé en ce samedi. Ici ce n’est pas le Cerro aux 7 couleurs mais la vallée aux 21 couleurs, une autre merveille de la nature qui nous laissera sans voix pendant 30 minutes.

Tilcara
Tilcara

RUTA 40 : DE VINCHINA A FAMATINA

Après plus 2 mois passés à Vinchina, un nouveau moteur et une expérience inédite dans un garage, nous reprenons la mythique Ruta 40 vers le Nord. Miss Juju s’est occupé de la mise à jour du site à merveille et Mister Steph a largement complété ses connaissances mécaniques auprès de son maître Jorge. Les premiers km se font musique à fond, entre nostalgie des très bons moments passés dans ce petit village et la joie de reprendre la route. Passons d’abord dire bonjour à Miguel Angel Gaïtan à Villa Union, dit Miguelito, un bébé décédé dans les années 70’ et conservé dans un cercueil en verre. Cette incroyable conservation la rendu célèbre et c’est ainsi que les visiteurs du cimetière viennent déposer des tonnes de jouets, qui sont ensuite redistribués une fois par an aux enfants du village.

Notre route continue par la Cuesta de Miranda, où la verdure se mélange aux roches rouges. En suivant la route vers le nord, à la sortie de Famatina, nous dévions pour aller admirer le canyon del Ocre (traduction égale en français). L’entrée de la piste se fait à Carrizal, par un barrage improvisé il y a quelques mois de cela par les habitants du village pour contrer les véhicules d’une entreprise étrangère qui souhaite exploiter ces montagnes multicolores, riches de divers minéraux précieux.

Z   o   o   o   o   o   o   o   o   o   o   o   o   o   o   o   o   o   o   o   M